Skip to content

Trouver son "pourquoi" a tout changé.
L'histoire de Jimmy Fallon

Comment l'animateur du Tonight Show a construit sa carrière et un empire du divertissement - en commençant par identifier sa mission la plus importante.

Jimmy Fallon est devenu un animateur de talk-show en 2009, lorsqu’il a remplacé Conan O’Brien comme visage du Late Night. Fallon n’avait jamais rien fait de tel auparavant. Alors qu’il se préparait à prendre la relève, il s’est tourné vers l’homme qui connaissait le mieux ce métier.

source: Brian Bowen Smith | NBC

source: Brian Bowen Smith | NBC

“Un conseil ?” Fallon a demandé à O’Brien.

“Je ne peux pas vous donner de conseil”, a répondu O’Brien. “Vous devez juste le faire”.

“Je n’ai pas aimé ça – je veux dire, ce n’est pas un super conseil”, dit maintenant Fallon. “Mais j’en parlais avec quelqu’un et ils ont dit, eh bien, il a raison – parce qu’il a trouvé qui est son personnage et qui il est. Qui êtes-vous ? Qui est Jimmy Fallon en tant que spectacle ?”

“Quand on vous pose réellement cette question, vous êtes comme, euh, hum, euh, eh bien, j’ai les cheveux bruns”, dit Fallon. “J’aime ce type d’humour. J’aime la musique rock, mais j’aime aussi, euh, le classique. Ça n’a aucun sens.”

Pourquoi tu fais ce travail ? "heuuuuu ... bah ... parce que ..."

Cela n’a aucun sens car ce n’est pas la façon dont nous avons tendance à penser. Les gens parlent sans cesse de ce qu’ils font au travail, mais ils ne réfléchissent pas toujours à la raison pour laquelle ils le font. 

Qu’est-ce qui les motive ? Qu’est-ce qui leur donne un but ? Quelle est leur mesure du succès, et qu’est-ce qui les guidera lorsque les choses iront mal ? On pourrait appeler tout cela le “pourquoi” d’une personne – c’est la raison de tout ce qu’elle fait, et le cœur de ce qu’elle est. La connaissance de cette raison est transformatrice ; elle rend les gens plus polyvalents et plus intentionnels. Les personnes qui connaissent leur raison sont des personnes qui ne se sentent jamais perdues.

Fallon n’avait pas de raison, et O’Brien ne pouvait pas lui en donner une. Personne ne pouvait le faire. En fait, Fallon a réalisé qu’il devait le trouver dans le cadre de son travail. “Plus vous le faites”, dit Fallon, “plus cela forme ce que vous devenez”.

Ce processus prend du temps. Il doit prendre du temps. C’est la chose la plus importante que nous puissions savoir sur nous-mêmes ou sur notre travail. 

Fallon a passé des années à le découvrir sur lui-même – et la découverte qu’il a faite l’a fait passer du statut de blagueur de fin de soirée à celui de force culturelle, dirigeant The Tonight Show, écrivant des livres pour enfants à succès, créant des montagnes russes pour Universal Studios, développant une gamme de produits loufoques pour des marques (comme des pyjamas appelés P’Jimmies for Alex Mill), et codirigeant la société de production Electric Hot Dog qui produit de nouvelles émissions, notamment That’s My Jam (pour NBC), Clash of the Cover Bands (pour E ! ), et The Kids Tonight Show (pour Peacock).

Mais la prise de conscience de M. Fallon est précieuse pour tout entrepreneur, car elle n’a rien à voir avec la comédie, le divertissement ou l’animation de l’une des marques les plus historiques de la télévision.

Il s’agit simplement de ceci : Il a arrêté de se concentrer sur ce qu’il voulait faire, et il a commencé à se concentrer sur les raisons pour lesquelles les gens en ont besoin.

Source: Brian Bowen Smith | NBC

Lorsqu’il était lycéen, Fallon ne se demandait pas pourquoi il travaillait. C’était clair : son père avait déjà deux emplois, et sa famille avait besoin d’argent.

“Dès que j’ai pu travailler, j’ai travaillé dans n’importe quoi”, dit Fallon. Son premier rôle a été celui de bagagiste dans un supermarché local. Plus tard, il a trié des bouteilles et des canettes dans un centre de recyclage. Ces emplois avaient leurs indignités. Au supermarché, il devait porter un nœud papillon, un tablier et des bottes – ce qui était particulièrement gênant lorsqu’il voyait une fille pour laquelle il avait le béguin. Et le centre de recyclage puait les ordures. Mais il a essayé de voir le meilleur dans les deux postes. 

David Letterman a diffusé un sketch sur le “meilleur porteur de sacs” dans son émission, et le jeune Fallon s’est imaginé en train de participer à cette compétition. Au centre de recyclage, il a pu fréquenter des adultes. “Je m’entendais bien avec les enfants de mon âge”, dit-il, “mais je pense que j’étais plutôt une vieille âme”.

Le chemin à partir de là a été raide et ascendant. Fallon découvre la comédie, apprend le stand-up et rêve obsessionnellement de participer au Saturday Night Live. Il a quitté l’université, s’est lancé dans l’improvisation, a échoué à une audition du SNL en 1997, puis a réussi en 1998. Il avait 23 ans. “Vous avez l’impression de diriger la ville”, dit-il. “C’était tellement amusant.” Il est devenu co-présentateur de “Weekend Update” aux côtés de Tina Fey, et en 2004, Fallon était légitimement fier et prêt pour plus. Il a quitté SNL pour son prochain grand projet.

“Mon objectif était de jouer dans des films, d’être un comédien de comédie romantique ou quelque chose comme ça”, déclare Fallon.

Cela semble raisonnable. Beaucoup de gens rêvent de devenir une star de cinéma et, contrairement à la plupart d’entre eux, Fallon était en mesure de le faire. Mais c’était aussi le moment idéal pour prendre du recul et se poser cette simple question : Pourquoi ?

Pourquoi se demander pourquoi ?

Pourquoi demander pourquoi ? Parce que nous le demandons rarement dans nos moments de réussite, lorsque la réponse semble évidente. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Mais que faire si nous ne savons pas ?

Alors je demande à Fallon : “Si quelqu’un avait demandé pourquoi c’était votre objectif, auriez-vous eu une réponse ?”

Il fait une pause. Trois secondes de silence.

“Non”, dit-il enfin. “J’essaie de me demander pourquoi ce serait mon objectif. Peut-être que, d’après tous les livres et articles que j’avais lus, la trajectoire d’une personne célèbre du Saturday Night Live est de faire des films. C’est juste le chemin.”

Vous voulez entendre le contraire d’une mission auto-dirigée ? Vous voulez entendre le plus grand piège d’un entrepreneur ? Quatre mots, juste là : “C’est juste le chemin.” Pas votre chemin. Simplement le chemin, un chemin, un certain chemin, une clairière que d’autres personnes font pour leurs propres objectifs, pas pour les vôtres. C’est le chemin d’une vie sans imagination et loin de la satisfaction d’un risque pris.

Fallon a fait deux films. Les deux ont échoué. Il y a eu un point positif : Il a rencontré sa future femme sur l’un d’eux, la productrice Nancy Juvonen. Mais sinon, son téléphone ne sonne plus. Sans raison pour le guider, Fallon ne savait pas quoi faire ensuite. Avec l’aide de Juvonen, il a trouvé la première étape : Arrêter de se concentrer sur ce qu’il n’a pas et commencer à se concentrer sur ce qu’il a. “Maintenant, il n’y a plus de films. Que pouvez-vous faire, pleurer sur votre sort ? J’ai déjà fait ça pendant un an”, dit-il. “Qu’est-ce que je peux faire maintenant ? Je dois faire quelque chose. Et j’ai du talent. Je veux dire, je pourrais faire du stand-up. Je pourrais chanter des chansons comiques.”

Il a recommencé à créer et à se produire. Il s’est reconstruit, lentement. Puis il reçut un appel de Lorne Michaels, le créateur de Saturday Night Live et producteur de Late Night et The Tonight Show. Quelques années plus tôt, lorsque Fallon quittait SNL, Lorne lui avait dit qu’il pensait que Fallon ferait un excellent animateur de fin de soirée. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, O’Brien quitte Late Night et le poste est libre. À vrai dire, les dirigeants de NBC n’étaient pas convaincus par Fallon. Ils se disaient : “Nous avons d’autres personnes qui pourraient être meilleures pour ce poste”, se souvient Fallon. Mais Michaels l’a soutenu. Les dirigeants ont cédé.

“Cela a changé ma carrière, changé ma vie”, dit Fallon. Ils ont dit : “OK, si vous pensez vraiment que Jimmy peut le faire, voyons ce qu’il en est”. ”

Fallon avait beaucoup à apprendre, et rapidement.

 

Source: Brian Bowen Smith | NBC

Comment faire quelque chose que l’on n’a jamais fait auparavant ? Pour Fallon, cela s’est produit avec un mélange finement calibré d’arrogance et de doute de soi.

“C’est toujours comme ça que j’ai fait du stand-up”, dit Fallon. Alors que nous parlons dans son bureau d’angle au siège de la NBC, il se lève de sa chaise pour illustrer, microphone imaginaire en main. Fallon est un déménageur, un amuseur ; il semble plus à l’aise sur ses pieds. “Vous savez, dès le départ, que cette blague va marcher – mais ensuite vous vous dites, je suis en train de les perdre, je dois les faire revenir, je sais ce qui peut les faire revenir”.

Soyez trop arrogant, et chaque petit faux pas vous déstabilisera. Si vous doutez trop de vous, vous ne vous lancerez jamais. Il est difficile de trouver le bon équilibre, et Fallon se souvient avoir serré sa confiance trop fort au début. Entendre quelqu’un dire “Oh, vous avez tellement de chance”, c’était presque un déclic pour moi”, dit-il. Il avait l’impression de l’avoir mérité ; être chanceux lui semblait insultant. Mais dans ma tête, je me disais : “Attends, je suis vraiment chanceux ?”. Je doute de moi. Mais je pense que c’est un bon mélange à avoir”.

Les entrepreneurs sont façonnés par les défis auxquels ils sont confrontés, et Fallon l’a été aussi. Animer un talk-show de fin de soirée exigeait un rythme auquel il n’avait jamais travaillé auparavant. À l’époque de SNL, lorsqu’une blague était ratée, il la ruminait pendant une semaine. Mais maintenant, lui et son équipe devaient agir avec abandon. Ils écrivaient une blague, l’essayaient, et si ça ne marchait pas, il y avait toujours le lendemain. “Je veux dire, j’essaie de faire en sorte que le script soit le meilleur possible”, dit Fallon, “et si ça marche, ça marche. Si ça ne marche pas, les gens peuvent dire : ‘Oh, eh bien, il a tout donné’. ”

Il s’agit d’une prise de conscience minime mais essentielle. Pensez-y : Au SNL, Fallon avait l’impression d’être jugé uniquement sur son travail. Une blague ratée signifiait qu’il avait échoué. Mais maintenant qu’il était sur scène tous les soirs, son public lui faisait de plus en plus confiance. Si une blague échouait, tant pis, ils savaient qu’il essayait. Si vous voulez découvrir votre raison d’être, c’est par là qu’il faut commencer : Il s’agit de reconnaître que vous (ou votre marque) n’êtes pas simplement la somme des choses que vous créez. Vous êtes quelque chose de plus profond, et c’est pour cela que les gens viennent vous voir. Un café ne sert pas seulement du café, il favorise la communauté. Les entrepreneurs ne se contentent pas de créer des entreprises ; ils résolvent les problèmes des gens.

L’émission de Fallon passait à 0 h 35, ce qui ne lui a pas fait illusion. “Personne ne parle d’une émission à 0 h 35. Les gens ne font que lutter contre le sommeil à ce moment-là”, dit-il. Son équipe et lui se sont donc donné une mission simple : faire sourire les gens au moment où ils s’endorment. Le spectacle était joyeux et sérieux. Ils ont joué à des jeux comme “Name That Guy”, où ils demandaient aux membres du public de deviner le nom d’inconnus pris au hasard. Il n’y avait aucun but à cela. Aucun moyen de gagner ou de perdre. Les gens ont adoré.
Quelque chose a commencé à faire tilt chez Fallon. Bien sûr, ce rôle n’était pas aussi glamour que celui d’une star de cinéma, mais cela ne l’a jamais passionné. Le travail de fin de soirée lui est venu naturellement parce qu’il rendait les gens heureux. Et quand il regarde sa vie, il constate ce même instinct : “À l’époque, j’étais trop jeune pour m’en rendre compte, mais je voulais simplement rendre les gens heureux”, dit-il. Son travail d’emballage de produits d’épicerie, par exemple ? “J’étais le meilleur emballeur de sacs”, dit-il. “Les gens me demandaient !”

Il a eu sa prise de conscience. “Je pense que ma raison d’être est : “Est-ce que ça peut rendre les gens heureux ?”, dit-il.

Voilà une chose sur laquelle vous pouvez construire une carrière. Il ne s’agit pas de suivre un chemin. Ce n’est pas faire quelque chose juste parce que. C’est une mission. Un objectif. Et le plan pour construire encore plus grand.

 

Source: Brian Bowen Smith | NBC

Si une idée survit, il la soumet à des personnes en qui il a confiance – souvent les scénaristes du Tonight Show, qu’il anime depuis 2014. Fallon engage des personnes en se basant en partie sur leur capacité à collaborer avec lui, ce qui signifie qu’elles peuvent également partager et affiner sa vision (et qu’il peut leur faire confiance lorsqu’elles mettent une idée à la poubelle). C’est une chose qu’il a apprise au SNL ; M. Fallon se souvient d’une fois où un producteur l’a forcé, lui et un autre auteur, à écrire quelque chose ensemble, même s’ils n’en avaient pas l’intention. Le résultat était excellent. C’est maintenant sa façon de tester les nouvelles personnes. “Parfois, il est préférable de se forcer et d’essayer d’écrire quelque chose avec quelqu’un, juste pour voir s’il y a une connexion”, dit-il.

Combien d’idées passent de son dossier Evernote au monde réel ? Peut-être 10 ou 20 %, selon lui, ce qui inclut tout, des blagues individuelles aux émissions de télévision entièrement nouvelles. Et si une idée tombe à plat une fois, il ne se décourage pas. “J’aime toujours essayer les choses trois fois”, dit-il. Il n’y a pas de règle fixe, mais par exemple, je ne veux pas manger un sandwich avec de la mayonnaise et me dire : “Je n’aime pas la mayonnaise”. Je voudrais l’essayer à nouveau, puis peut-être une autre fois.” Même chose pour les idées : Il va essayer des itérations de blagues dans son émission sur plusieurs soirs. Après tout, il sait que son objectif est de rendre les gens heureux, et le bonheur est une science inexacte. Vous vous êtes peut-être approché d’une idée, mais vous ne pouvez pas savoir à quel point avant d’essayer à nouveau.

Et c’est là tout l’intérêt d’essayer de nouvelles idées : Elles vous apprendront des choses sur votre public, mais aussi sur vous-même. C’est ce qui s’est passé en 2015, lorsque Fallon a écrit un livre intitulé Your Baby’s First Word Will Be Dada.

Ça a commencé comme toutes ses idées. Il avait imaginé un livre que les papas pourraient lire à leurs bébés, pour leur apprendre à dire “dada” avant “mama”. L’intrigue est la suivante : Un cochon dit “dada !” et un autre cochon répond “oink.” Même chose avec les grenouilles et les abeilles, et ainsi de suite. Cela rendrait-il les gens heureux ? Oui, lui et son équipe étaient d’accord.

Ils avaient raison ; le livre est devenu un best-seller du New York Times. Mais à vrai dire, Fallon n’avait pas envisagé ce qui allait se passer ensuite. “Les gens m’ont envoyé des vidéos de leurs enfants disant leurs premiers mots, et lisant réellement le livre et comprenant que la lecture est amusante, et ils ont une réaction des gens quand ils lisent le livre, et maintenant ils apprennent à lire !”. dit Fallon, qui semble encore un peu étonnée par tout cela.

Lorsque notre travail consiste à mettre des choses dans le monde, il est étrangement facile d’oublier que le monde n’est pas une masse géante. Des personnes réelles s’engagent avec ce que vous faites. Ils absorbent vos idées, vos produits et vos services dans leur vie. “Et vous vous dites, attendez, il y a quelque chose dans tout cela qui est gratifiant pour moi et pour vous”, dit Fallon. Il fait à nouveau les cent pas dans son bureau, réfléchissant à tout cela en parlant, et il se rend compte de quelque chose : Peut-être qu’il n’avait connu que la moitié de son pourquoi pendant tout ce temps. Peut-être que la raison est : “Comment pouvons-nous tous les deux être récompensés ? Comment faire pour que tu sois heureux et que je sois heureux ?”

Cela me fait penser au début de notre conversation. Je suis entré dans son bureau, il m’a salué chaleureusement, puis m’a fait visiter la pièce. Une visite détaillée, de six minutes. Il m’a offert une explication pour pratiquement chaque objet d’intérêt ici. Il m’a montré le panneau à côté de sa porte qui dit, JIMMY FALON, qui, oui, manque un L, et était la première plaque de nom accrochée sur sa porte en tant qu’animateur de fin de soirée. (“Vous voulez rester humble ?” dit-il. “Voilà.”) Il m’a montré des photos de famille. Des souvenirs. Un trophée avec un buste de Rodney Dangerfield, si lourd qu’il faut deux mains et un gémissement pour le soulever. (J’ai essayé.) Il m’a offert du thé. Du café. Des pâtisseries. Puis il s’est assis à côté d’un petit aquarium, que Lorne Michaels lui a offert parce que, à 47 ans, Fallon est maintenant à un âge où il a besoin d’influences apaisantes.

“J’ai essayé de poser mon doigt gentiment sur le verre”, dit Fallon, “et j’ai essayé de les entraîner à suivre mon doigt, pour qu’ils n’aient pas peur de moi”.

Il essaie. Les poissons l’ignorent. “Regardez comme ça marche bien”, dit Fallon en riant. Ce n’est pas grave. Il faudra peut-être plus de trois essais pour les poissons. Et de toute façon, c’était pour mon bien : c’était pour me rendre heureux, ce qui le rendrait heureux, parce que c’est ce qu’il fait et il sait pourquoi il le fait. Ça marche.

article de Jason Feifer – traduit par Pierre Lejus

Vous avez aimé cet article ? Alors laissez un commentaire juste en dessous ! Vous pensez qu'il pourrait être utile à quelqu'un d'autre ?
PARTAGEZ !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email

Des contenus complémentaires qui vont vous plaire

Pourquoi j’ai choisis ce métier ? Pour inciter les gens à faire ce qui les inspire de manière à ce qu’ensemble, nous puissions changer notre monde.

Inscrivez vous à la newsletter

Vous souhaitez recevoir les nouveaux articles et rester informé des nouveautés ? Souscrivez à la newsletter
*En vous inscrivant à la newsletter, vous acceptez que Pierre vous fasse parvenir des emails à but commercial et non commercial.

Les informations fournies sont invalides. Veuillez vérifier le format du champ et réessayer
Merci.Votre abonnement a réussi.


Partagez
votre avis

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Restez

Connecté

AVEC PIERRE SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Pierre vous partage gratuitement des stratégies simples et efficaces pour vous aider à maximiser votre potentiel.

Autres articles

Trouver son “pourquoi” a tout changé. L’histoire de Jimmy Fallon

Cela n’a aucun sens car ce n’est pas la façon dont nous avons tendance à penser. Les gens parlent sans cesse de ce qu’ils font au travail, mais ils ne réfléchissent pas toujours à la raison pour laquelle ils le font. Qu’est-ce qui les motive ? Qu’est-ce qui leur donne un but ? Quelle est leur mesure du succès, et qu’est-ce qui les guidera lorsque les choses iront mal ? On pourrait appeler tout cela le “pourquoi” d’une personne – c’est la raison de tout ce qu’elle fait, et le cœur de ce qu’elle est. La connaissance de cette raison est transformatrice ; elle rend les gens plus polyvalents et plus intentionnels. Les personnes qui connaissent leur raison sont des personnes qui ne se sentent jamais perdues.

Je suis un jeune travailleur en 2021 – Mon coup de gueule

Je suis un jeune travailleur en 2021, et je pique mon coup de gueule … Parce que j’en ai marre d’entendre à longueur de temps que les jeunes sont fainéants et qu’il ne faut rien attendre d’eux.Que les jeunes de maintenant veulent tout en faisant moins.Qu’ils ne veulent plus travailler, plus penser, plus faire d’efforts.C’est sûr, la nouvelle génération se dégrade ! C’était mieux avant …A bas la belle écriture Française, à bas le collectif, à bas le goût du travail.Vive la fête, le nombrilisme, la fainéantise et pour vu que cela me soit profitable ! Merci pour ces encouragements qui nous donnent envie de nous transcender professionnellement… Et si on portait un autre regard sur la situation en prenant un peu de hauteur ?

Les émotions « négatives », ces messagers qui nous veulent du bien

Nombreux sont ceux qui vivent en se laissant submerger par les émotions négatives. Que ce soit des peurs, des angoisses, des regrets, de la colère ou encore de la culpabilité, les résultats sont les mêmes, ces personnes souffrent.
Cela ne pourrait durer qu’un instant, mais ce serait bien trop facile. En général, cela traine pendant des jours, des semaines, des mois voire des années ! Autant de temps pendant lequel on rumine, on imagine tout ce qu’il y aurait pu se passer ou ce qu’il pourrait se passer si …

Vos problèmes sont vos défis

On a tous des challenges. Qu’ils soient professionnels, personnels, sentimentaux…

Alors comment expliquer que certaines personnes donnent l’impression de surfer sur la vie alors que d’autres se débattent à contre-courant ?

LES ENTRETIENS ANNUELS DE DÉMOTIVATION ?

Par ce titre, sciemment nous forçons le trait !

Notre souhait, vous l’aurez compris, est d’éveiller votre intérêt sur le devenir de l’entretien individuel tel que nous le connaissons et tel que nous avons pu l’expérimenter lors de nos parcours respectifs.

Ce grand rendez-vous annuel qui évalue, mesure récompense ou sanctionne peut avoir des conséquences limitantes et générer des frustrations irréversibles.